29 août 2006

Poupée.

poupeeLa vie ne serait pas ce qu’elle est sans les donuts, les pizzas, l’alcool sous toutes ses formes et… les femmes !

Je ne dis pas que je suis un Don Juan, mais je me débrouille. Mais surtout, je me fais fort de ne pas laisser embêter une demoiselle. Particulièrement une qui me tient à cœur.

Poupée.

Je ne serais pas le détective que je suis si Poupée n’était pas derrière son standard. Bon, je ne la classerais pas dans la catégorie « bombasse », quoique de dos on s’y tromperait. En revanche, c’est un ange qui m’a sorti de plus d’une situation bien désagréable (je ne compte pas les pieutages après beuveries orgiaques).

J’ai l’impression de la connaître depuis toujours. A ses côtés je deviendrais presque sentimental (mais surtout qu’elle ne craque pas son « repose-nib’ » où je perdrais toute dignité).

Je crois qu’il faut toujours parler des gens que l’on apprécie.

Et surtout prévenir ceux qui voudraient éventuellement s’en prendre à eux pour leur rappeler que les mutuelles de San Dustbin remboursent extrêmement mal le défonçage de gueule avec ravalement de façade par le vide. Noté ?

Posté par Hank Eughou à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Poupée.

Nouveau commentaire