MOI, CHUBBY CHANCE

27 septembre 2006

Péché de jeunesse

b_b_chubbyOn ne se voit jamais vieux mais on ne se souvient que rarement de sa jeunesse. Et la prime encore moins.

Pour moi, c'est un putain de trou noir. J'aimerais peut-être découvrir se qui se cachait derrière mon visage poupin.

Mes rêves d'enfant ? Mes peurs ? Mes envies ? Que reste-t-il de mon passé ?

Les photos parlent pour nous, même si parfois elles nous mettent dans une merde noire.

En regardant ce cliché tiré d'une boîte découverte chez Faith Chance, ma mère, je me dis que le destin avait frappé à la porte assez tôt. Certes, j'ai de l'allure avec ce flingue, mais les gosses ils ne rêvent pas d'être pompier ou prince charmant ou joueur de foot ?

Alors merde, maman, qu'est-ce que t'as foutu ?

Qui suis-je ?

Posté par mikeespinosa à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 septembre 2006

ELVIS ET MOI

chubbyconcertOn a tous ses vices cachés.

Aujourd’hui où le rap envahit les stations de radio, à peine concurrencé par les voix gueulardes de pouff’ en robes moulantes, je poursuis le combat. Pour moi, il n’y a qu’un Roi, un King, LE King ! Elvis, je l’élève au rang de Dieu.

Vous ne comprenez pas ? Allons, cette voix profonde qui vous fait trembler le slip, ce petit regard par en dessous qui hurle « Lance à incendie, pitié ! », et ce déhanché légendaire (je crache d’ailleurs sur ce satané Forrest Gump et ses prothèses en inox), vous ne pouvez pas rester insensibles, im-po-ssi-ble !

Alors quand ce clone s’est mis à tout faire péter dans le costard du King, autant dire que je le sentais sévère. Ni une, ni deux, je me suis sacrifié pour la bonne cause. Oui, j’ai chanté les meilleurs titres de mon idole de toujours, sur scène, et ceci pour sauver des gens. Vous voyez qu’Elvis n’est rien moins que Dieu !

Bon, je m’emballe toujours un peu quand je parle du King, mais bon, je vous balance l’affiche de mon unique concert. Vous pouvez aussi voir comment j’ai résolu cette affaire épineuse dans l’album photos, j’ai été suivi par deux journalistes un peu barges qui croient vraiment m’avoir inventé ! Oh, et puis je suis sur une piste pour sortir un album, très bientôt. Enfin je crois…

Enfin, vous savez le showbiz…

Posté par mikeespinosa à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2006

Poupée.

poupeeLa vie ne serait pas ce qu’elle est sans les donuts, les pizzas, l’alcool sous toutes ses formes et… les femmes !

Je ne dis pas que je suis un Don Juan, mais je me débrouille. Mais surtout, je me fais fort de ne pas laisser embêter une demoiselle. Particulièrement une qui me tient à cœur.

Poupée.

Je ne serais pas le détective que je suis si Poupée n’était pas derrière son standard. Bon, je ne la classerais pas dans la catégorie « bombasse », quoique de dos on s’y tromperait. En revanche, c’est un ange qui m’a sorti de plus d’une situation bien désagréable (je ne compte pas les pieutages après beuveries orgiaques).

J’ai l’impression de la connaître depuis toujours. A ses côtés je deviendrais presque sentimental (mais surtout qu’elle ne craque pas son « repose-nib’ » où je perdrais toute dignité).

Je crois qu’il faut toujours parler des gens que l’on apprécie.

Et surtout prévenir ceux qui voudraient éventuellement s’en prendre à eux pour leur rappeler que les mutuelles de San Dustbin remboursent extrêmement mal le défonçage de gueule avec ravalement de façade par le vide. Noté ?

Posté par Hank Eughou à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2006

Ouais...

chubbybarIl y a un an, je suis tombé sur une sacrée affaire d’Elvis des bacs à sable qui s’était pris pour un vengeur du dimanche. Autant vous dire qu’il m’a fallu un max' de flair et un chouia d’audace pour en venir à bout.

Mais le plus étonnant a eu lieu le lendemain. Entre deux parts de pizza (une Margharita le matin, c’est un délice !) une lettre d’Atty Spoiled, mon avocat, a atterri sur mon bureau. Il s’agissait de la copie d’un contrat me concernant signé par trois énergumènes dont je n’avais jamais entendu piper mot à San Dustbin. Atty me prévenait dans un mot joint, j’allais être sur le cul. C’était peu de le dire. Selon ce torchon je n’étais qu’un personnage de Bande Dessinée et deux de ces enfoirés de signataires se disaient être mes créateurs et le troisième l’éditeur.

Moi, Chubby Chance, un personnage de fiction !

Le pire c’est qu’Atty m’indiquait l’existence de deux sites Internet et de deux blogs où ces deux guignolos de soi-disant auteurs se vantaient de me faire vivre.

Putain ! Je m’apprêtais à te sortir mon flingue et à leur montrer qui c’était Chubby. Puis devant l’effort demandé par une telle manœuvre, je me suis dit : « Mon petit Chubby, y a rien de tel qu’une bonne rasade pour s'éclaircir les idées. »

Me v’la donc au zinc de ce bar que j’affectionne particulièrement, le FOR LUCKY PUB, une bonne bibine frelatée sous le coude et les neurones qui nagent dans l’excès éthylique. Puis me vient le pied de nez du siècle.

Ah ils veulent faire les malins l’espingouin et le ch’ti. Ben j’vais leur en remontrer en les matant à leur propre jeu.

Vous, lecteur du « Ouaibe », vous voulez vraiment savoir qui est Chubby Chance ? Ne vous laissez pas embobiner par les contrefaçons et venez donc me rendre visite sur ce Blog. Je vous y conterai qui je suis, et la vie de San Dustbin et toutes les saloperies qui s’y passent.

Et puis pourquoi pas quelques secrets que j’aurais découverts sur mes deux soi-disant accoucheurs…

En tout cas, à bientôt !

Posté par Hank Eughou à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]